Commentaires d’enseignants et d’élèves du réSEAU participants :« Donner du pouvoir aux femmes ne signifie pas en enlever aux hommes. Il ne s'agit pas d'entrer en compétition mais de marcher côte à côte », Santiago (Argentine).  « Je dirai à mes amis, mes enseignants, ma famille et ma communauté ce que j'ai appris lors de ce Colloque et je leur expliquerai que les matières STEM sont importantes pour les filles, et qu'elles ne sont pas du tout réservées uniquement aux garçons », Inthila (République démocratique populaire lao). « S'il est vrai que l'incitation des filles contribue de manière substantielle à leur réussite dans les STEM, alors il est vrai que c'est la solution », José et Rodrigues (Cabo Verde).  « Il est très important d'aider les filles à accéder aux STEM ; je vais sensibiliser la communauté éducative aux choses que j'ai apprises et parlerai de l'importance de connaître d'autres cultures… », Santiago (Argentine). « Les récits de ces femmes scientifiques dans lesquels je puise mon ambition me font opter pour une carrière scientifique. Je pense que toutes les filles doivent réaliser leurs rêves malgré les obstacles sociaux et avoir le courage d'embrasser les meilleures carrières dans les STEM », Tilda (Liban).  « C'est un honneur pour moi de participer à ce Colloque, une occasion d'élargir mon expérience, de développer mes compétences professionnelles en faveur de l'éducation des filles en STEM, et de créer des liens et de collaborer avec les autres participants », Ghinwa (Liban).  « L'éducation en STEM fait partie des défis mondiaux et elle est indispensable pour donner aux jeunes les moyens de contribuer au développement durable. En tant qu'enseignante en première ligne, je transmettrai explicitement à mes élèves la passion et le désir de travailler dans ce domaine », Geneviève (France). « Aujourd'hui, il existe un déséquilibre mondial entre les sexes dans les études STEM. J'ai également constaté par moi-même que seulement quelques filles participaient aux Olympiades, ce qui est regrettable. Personnellement, je pense que les filles peuvent devenir une nouvelle force pour la science, mais qu'elles ont besoin de beaucoup de soutien », Adelina (Fédération de Russie).« Grâce à ce colloque, j'ai vécu une expérience merveilleuse et très enrichissante que j'ai pu partager avec mes amis et ma famille. Je leur ai fait passer des messages pour leur montrer que tout est possible et que les filles sont libres de faire le choix de suivre des études scientifiques », Amandine (France).   ​